Vie du Centre

Jean Bricmon à l'ouverture du sommet populaire contre la guerre et le militarisme. (Photo: image youtube)

Jean Bricmon à l’ouverture du sommet populaire contre la guerre et le militarisme. (Photo: image youtube)

Le sommet a réuni des organismes de la société civile québécoise, des citoyens et des citoyennes préoccupéEs par le tournant militariste des politiques canadiennes. La conférence d’ouverture a été donnée par Jean Bricmont, auteur du livre L’impérialisme humanitaire.

Cette conférence a été suivie des discussions organisées par le Centre et les autres membres de la Coalition contre le recrutement militaire dans les écoles. Elles ont porté sur les perspectives anti-guerre et sur des pistes d’action contre le recrutement militaire en milieux d’enseignement, les dépenses militaires, les conséquences environnementales de la guerre, les droits des femmes, l’aide international et les armes nucléaires.

Notre équipe se consolide

Le travail du CRNV est soutenu par un Conseil d’administration dynamisé année après année. À la dernière assemblée annuelle fut bien accueilli un ancien membre du CRNV, M. Carlos Suarez, quand il a exprimé son désir d’intégrer notre conseil d’administration. Notre C.A. a ainsi atteint le chiffre impair de 7 membres, tous engagés, depuis des années dans des structures d’éducation à la non-violence.

Le Centre reçoit également de plus en plus de personnes bénévoles venues de divers horizons de l’action citoyenne et de solidarité internationale. M. Tim Gauger est un de ces nouveaux membres dont la présence au Centre est très bien accueillie par le C.A. et le comité de coordination. Son appui, depuis l’été dernier, au comité du Centre de documentation est une des tâches pour lesquelles sa présence a été remarquée. Comme lui, de plus en plus de personnes bénévoles viennent encourager notre action. Elles sont les bienvenues!

Le Centre de documentation en transformation

Un de nos anciens membres est au Centre depuis le mois de janvier 2011. Il s’agit de Sylvain Beaudet, un de ceux qui ont bâti notre Centre de documentation il y a plus de vingt ans. Sylvain a offert de soutenir les travaux en cours dont l’objectif est de redonner à notre bibliothèque une spécificité qui serait sa raison d’être. À une époque comme la nôtre où les services de documentation traversent un tournant décisif, une plus grande spécialisation devient le principal facteur pour évaluer l’apport d’une bibliothèque. Passionné de la recherche dans les domaines de spécialité du CRNV, Sylvain croit pouvoir répondre à ce nouveau besoin et même apprêter la bibliothèque à un service éventuel au grand public.

Après Ruban en route, le syndicat des employés de la scène

Après Ruban en route, un organisme venu cohabiter avec le CRNV dans le cadre du projet-pilote jeunesse J’embarque dans la course, c’est AIEST (Alliance international des employés de scène et de techniciens de l’image) qui s’est approchée de nous. L’alliance syndicale travaille sur plusieurs projets-pilotes pour l’inclusion et l’amélioration des conditions de travail du plus grand nombre de travailleurs de métiers de la scène (salariés à emplois précaires). Une étroite collaboration dans le cadre de ces projets, voilà une occasion de mettre en place des initiatives novatrices de collaboration avec le mouvement syndical pour l’éducation à la non-violence, la defense des droits et la promotion de la paix. À ce titre, AIEST pourra bien bénéficier d’un partage d’expériences avec le CRNV en ce qui a trait à l’action citoyenne et la défense des droits humains.

Outils de paix : Évolution vers une offre de service

La collaboration des organismes de paix montréalais membres d’« Outils de Paix » continue. Dans le but d’assurer la cohésion dans leur action, ces organismes travaillent à développer une offre commune de services pour prévenir ou contrer la violence à travers des communautés. Il importe, dans une telle démarche de bien évaluer la complémentarité des actions et des expertises des organismes participants.

Aussi un membre du CRNV a-t-il reçu le mandat de produire une esquisse d’offre commune qui tienne compte des particularités de chaque organisme et des points de rencontre des expertises. En consultant les sites Internet et les personnes ressources des organismes, les actions et les moyens d’intervention utilisés permettront d’évaluer la possibilité d’initier des interventions communes.

Le but de l’effort est de définir un champ d’intervention permettant de travailler dans la complémentarité contre la violence.

L’offre de service devrait être déposée en ce mois de février. Une démarche de recherche de financement suivra et des actions communes devraient commencer en septembre 2011.