Vers un plan de relance de la lutte climatique 4

Fiche 4 : Élaborer une campagne

Certaines conditions de base doivent être respectées pour qu’une campagne d’action fonctionne.

Nous constatons que la crise sanitaire en cours a neutralisé la mobilisation climatique. Pour les militants, c’est en fait une incroyable opportunité de recul pour élaborer une nouvelle stratégie de mobilisation à long terme.

Souvent élaborer une bonne stratégie, plausible, et réalisable est plus important que la lutte elle-même.

État de situation : Bien comprendre ou les gens se situent en lien avec l’enjeu. Sont-ils prêts à passer à l’action? Et quel genre d’action?
Exemple : Les gens ont compris la situation d’urgence, et comprennent aussi que suite à la crise sanitaire, les habitudes de tous devront changer. Ce qu’il faut faire leur semble complexe, le climat est une situation perçue comme abstraite. Il faut rendre l’enjeu concret.

Objectif précis : Ou voulons-nous aller? Quel objectif concret voulons-nous atteindre? Dans combien de temps?
Exemple : Nous devons démarrer par un objectif concret, accessible à tous, inspirant et motivant. Démarrer des refuges de résilience communautaire partout et sauver notre patrimoine bâti? Point de départ d’une transformation des communautés.

Objectifs secondaires : Quelles seraient les étapes à franchir pour atteindre cet objectif? Comment pouvons-nous découper les étapes pour atteindre le but? Comment mettre les gens en action?
Exemple :
Étape 1- Faire un état local du patrimoine bâti, concevoir un projet de résilience climatique type, à réaliser avec ces installation et entrer en contact avec les responsables.
Étape 2- Sensibiliser la population à la nécessité de créer des refuges de résilience communautaire et d’accroître l’accès à des ressources financières locale a cette fin.
Étape 3- Mobiliser les instances citoyennes locales, pour interpeller les autorités locales. Faire des ponts avec le secteur public. Voir les possibilités qu’ils s’engagent à ne pas traverser des piquets de grève citoyens et étudiants. Lancer des appels à la grève sociale, et au respect des lignes de piquetage. Utiliser les leviers de la tarification préférentielle, de la connectivité pour convaincre les autorités locales d’agir.
Étape 4- Campagne pour exiger les refuges, citoyens prêts à passer à l’action. Premiers campements informatifs et créatifs éphémères. Etc…etc…etc…!
Étape 5- Lancer un appel à des camps climat, partout pour contraindre les gouvernements locaux et supérieurs à l’action. Intégrer Hydro-Québec dans la stratégie de revendication.

Voir fiche 6 :  Vers des camps climat partout.

http://nonviolence.ca/index.php/vers-un-plan-de-relance-de-la-lutte-climatique-6/

Établir des jalons de lutte : Pouvons-nous suggérer aux citoyens de se joindre à des événements existants? Journées symboliques? Événement sociaux et politiques? Moment historiques etc…
Exemples : synchroniser les actions avec les événements en mesure de propulser la campagne….campagnes électorales municipale et provinciale dans les prochaines années. Journées internationales de la terre, de l’eau, de l’arbre. Commémoration de la grande marche. Pour le patrimoine les fêtes religieuses? Ne pas oublier les opportunités militantes : installations industrielles à condamner, méga projets de construction, cibler des institutions nuisant à la cause Etc…etc…etc…!

Produire et diffuser les outils utiles à la campagne : Bien expliquer le plan de match et sa raison d’être. Cerner assez précisément les étapes, et produire du matériel inspirant pour chacune des étapes


On parle donc ici de produire des instructions, de documenter des exemples d’initiatives et de diffuser le matériel. Il est important de se pencher sur la diversité des moyens de l’action directe non-violents dans une stratégie de réappropriation des lieux patrimoniaux. Le maintien continu de l’état de mobilisation est important.

Il est important ici de retenir que le maintien d’une mobilisation, par le déploiement d’actions en séquences logiques, qui demandent un niveau d’engagement raisonnable des militants est toujours la voie la plus efficace.

Il y a un danger de démobilisation associé au passage rapide à des actions radicales, intenses en énergie et plus engageantes. Le déploiement d’une stratégie permet de doser les actions et d’utiliser les actions plus intenses comme menace.

Il est plus efficace de convaincre l’adversaire que nous irons jusqu’au bout, que de mettre en oeuvre des actions que nous ne pourrons pas soutenir.

Exemple de document de travail en faveur d’une stratégie face au pipeline Énergie-Est: http://nonviolence.ca/index.php/petrole-eau-strategie/