Les certificats de sécurité

C’est le postulat implicite que les non-citoyens sont plus dangereux que les citoyens qui sous-tend la majeure partie du débat sur les certificats de sécurité, y compris la nouvelle proposition de loi. C’est également ce qui justifie qu’on les soumette à des procédures que l’on condamnerait immédiatement en raison de leur caractère injuste si elles étaient appliquées à des citoyens.