La résistance civile

 

Le choix des moyens n’est pas neutre, il doit s'inscrire dans un plan stratégique global de résistance civile

 

L’auteur est membre de SalAMI

Un constat s’impose : la mondialisation orchestrée par nos élites économiques, politiques et financières mène droit au désastre humain et écologique. Les militants et militantes radicaux s’entendent sur le fait qu’une transformation profonde de la société est impérative pour la paix, la justice et la survie écologique; il faut agir directement aux racines de l’arbre de l’oppression, scier les branches du patriarcat, du ca­pitalisme, du militarisme, plutôt que de s’attaquer aux feuilles – les symptômes. Ils reconnaissent aussi qu’il existe de nombreux moyens d’influencer la société et que la diversité des tactiques de lutte est nécessaire pour gagner des batailles. La diversité compte parmi les atouts les plus précieux du mouvement antimon­dialisation, qui doit sa fertilité à la pluralité des mouvements ainsi qu’à la diversité des moyens mis en œuvre.