La réconciliation, source de mieux-être individuel et collectif

Extrait de l’ouvrage: Étienne GODINOT (2010), La réconciliation, source de mieux-être individuel et collectif, Institut de recherche sur la résolution non-violente des conflits (www.irnc.org); 16 p.

Depuis plus de 35 ans, je m’intéresse à la non-violence et je suis engagé dans des associations oeuvrant à la résolution non-violente des conflits au niveau de l’action, de la recherche et de la publication. J’ai été amené à réfléchir à la réconciliation et au pardon, à lire des témoignages, des expériences de réconciliation interpersonnelle et collectives, mais je ne peux pourtant pas parler de réconciliation à partir de mon expérience.

Mon propos est ici de présenter des témoignages individuels et collectifs qui montrent que la réconciliation est source de bien-être pour les personnes et pour les groupes. On verra toutefois les limites des démarches collectives de réconciliation.

La réflexion de fond sur la réconciliation et le pardon est abordée dans l’article « Le pardon dans le domaine politique » de V.-B.R, qui fait référence à Paul Ricoeur, Hans Jonas, Olivier Abel, beaucoup plus compétents que moi…