Prévention de la violence et du décrochage

12 raisons pour implanter un programme de prévention du décrochage et de la violence basé sur la résolution constructive des conflits

  • La source des problèmes de décrochage et de violence en milieu scolaire se situe au cœur de profonds malaises sociaux. La correction de ces problèmes nécessite inévitablement une démarche à long terme.

  • Au cœur des problèmes de décrochage et de violence, on retrouve les situations de conflits interpersonnels. S’ils sont mal résolus, non-résolus, ignorés ou exacerbés par la confrontation, les conflits démobilisent les jeunes et détériorent l’atmosphère. Il importe donc de transférer aux jeunes des aptitudes qui les habilitent à résoudre les conflits qu’ils vivent.

  • Trop souvent pour le jeune, la famille, l’école, le réseau d’amis et les relations amoureuses sont des lieux d’échec, de tension et de frustration qui détruisent l’estime qu’il a de lui-même. En perfectionnant ses aptitudes au niveau de la communication, de l’écoute et de la dynamique des conflits, on peut lui permettre de reprendre un certain contrôle sur ses relations.

  • Les attitudes et les comportements des jeunes influencent l’atmosphère générale de l’école. Si les jeunes maîtrisent bien les aptitudes requises pour maintenir des relations interpersonnelles harmonieuses, l’atmosphère de l’école sera grandement améliorée. De plus, en permettant à quelques jeunes d’offrir un service aux autres  jeunes, l’école leur donne l’occasion de mettre en application les nouvelles aptitudes acquises et suscite ainsi une nouvelle dynamique dans les relations interpersonnelles.

  • Le conflit est un phénomène normal qui invite au changement. Il est une occasion de croissance personnelle si on a les outils appropriés pour l’affronter et bien le gérer. Si on l’évite, il devient source de frustration et parfois même de violence.

  • L’expulsion, la suspension, l’intervention policière et légale ne résolvent généralement pas les conflits en milieu scolaire. Ils élargissent l’écart entre les étudiant-e-s et les adultes représentant l’autorité. Un programme complet de prévention du décrochage et de la violence peut permettre de repousser à plus tard le besoin de recourir à ces moyens. Il peut aussi réduire le vandalisme et les absences non-motivées.

  • Les méthodes constructives de résolution des conflits utilisées par les étudiant-e-s peuvent aussi pénétrer le monde adulte. Elles ont des chances d’apaiser les tensions et d’améliorer les possibilités de résoudre les disputes entre étudiant-e-s, enseignant-e-s, directeurs-trices et parents.  La communication ainsi améliorée affecte donc l’ambiance générale de travail dans l’école.

  • Les techniques de communication, de résolution constructive des conflits et de conciliation aident les enseignant-e-s et les jeunes à mieux se connaître et à développer une sensibilité aux conflits qui leur servira à l’école comme à l’extérieur. C’est une formation personnelle de base au même titre que les matières académiques.

  • Un programme non-punitif motive les élèves et facilite la résolution des conflits. En enlevant le sentiment de « faire condamner » quelqu’un, il invite les élèves à identifier les conflits, à les signaler et à chercher à les résoudre. Un tel programme contribue à faire des élèves les agents de leur propre mieux-être dans l’école.

  • L’autonomie des élèves dans la résolution de leurs conflits libère du temps d’enseignement et permet aux administrateurs de mieux se concentrer sur leur travail au lieu de faire de la discipline.

  • Reconnaître que les jeunes doivent résoudre par eux-mêmes les conflits qu’ils vivent et les aider à acquérir la compétence nécessaire, c’est une façon privilégiée  de favoriser leur croissance personnelle. Ils y développent une plus grande estime d’eux-mêmes tout en acquérant des aptitudes fondamentales (techniques d’écoute, pensée critique, esprit de synthèse et prise de décision).

  • En plaçant l’emphase sur l’écoute de l’autre et sur la résolution pacifique des différents, la conciliation prépare les jeunes à vivre dans un milieu de plus en plus multiculturel qui exige une grande ouverture aux différences.