Et si nous donnions la chance aux mouvements jeunesse de paix ? – éditorial

Écrit par Normand Beaudet

Le Gouvernement canadien cherche constamment à sensibiliser la population à la guerre. Ses efforts nous touchent et nous affectent de plus en plus. Ils s’adressent même à nos jeunes dès la fin de l’école primaire.

Ainsi, Cadets Canada  constitue le plus grand mouvement jeunesse au Canada. Il est financé par le ministère de la Défense du Canada et reçoit environ 200 millions de dollars par année. Il nous est toujours présenté comme formant les jeunes au civisme. Mais sa dépendance vis-à-vis de l’armée et du Ministère de la défense suffit à le confirmer comme un mouvement jeunesse pour la guerre.

Comme alternatives aux cadets de l’armée, il existe des services civils des jeunes, reconnus dans plusieurs pays et financés par les gouvernements. Et la question est de savoir pourquoi au Canada  ce genre de services civils n’est pas financé au même titre que les Cadets de l’armée

Exemples de mouvements jeunesse pour la paix:

Le scoutisme

L’organisme vise à préparer les jeunes, par des programmes éducatifs, à bâtir une paix véritable et durable.

En travaillant sur l’être humain lui-même et en l’orientant vers un idéal de fraternité et de compréhension, le scoutisme joue un rôle fondamental dans la promotion de la paix à tous les niveaux. Il transforme en profondeur et crée chez les jeunes, citoyens et responsables de demain, un sentiment de fraternité qui est  la véritable infrastructure pour la paix.

Tout cela se réalise dans le monde entier, où 28 millions de scouts, garçons et filles, se réunissent régulièrement en petits groupes (patrouilles, troupes, équipes, groupes, etc.) en temps de guerre comme en temps de paix. Le Scoutisme constitue une force puissante pour aider des individus à reconstruire leur vie. Dans ce sens, de nombreux exemples récents sont cités dans le document Scoutisme et paix: dans les Balkans, dans la région des Grands Lacs d’Afrique, en Colombie, etc.

Jeunesse Canada Monde

Avec un budget modeste, JCM conçoit et met en place des programmes d’éducation internationale pour les jeunes (de 17 à 24 ans) axés sur le travail bénévole et le développement communautaire dans un cadre interculturel. Il collabore avec d’autres organismes jeunesse dans près de 30 pays en Afrique, en Asie, en Amérique latine, dans les Antilles et en Europe centrale et de l’Est. En équipe, les jeunes vivent et travaillent dans des communautés, au Canada et à l’étranger, tout en acquérant des connaissances au sujet du développement local et international ainsi qu’en développant des aptitudes de travail pour le futur. www.cwy-jcm.org

Katimavik

Il s’agit d’un programme canadien d’apprentissage par le service volontaire pour les jeunes de 17 à 21 ans. Katimavik a pour mission de favoriser le développement personnel des jeunes, grâce à un programme stimulant de volontariat communautaire, de formation et d’interaction en groupe. Près de 1000 jeunes participent au programme chaque année. Katimavik s’engage dans plus de 650 partenariats communautaires par année avec des organismes sans but lucratif. www.katimavik.org

Financer les mouvements jeunesse pour la paix

Imaginez nos Maisons de jeunes ou nos organismes jeunesse recevant 200 millions par année (ce qui est le budget des cadets de l’armée) pour offrir des camps thématiques gratuits à nos jeunes! Imaginez un tel financement qui irait aux organismes jeunesse soucieux de désamorcer l’actuelle culture de la violence!

Les maisons de jeunes, qui offrent un service de première ligne, seraient en mesure de tisser des liens solides et diversifiés avec tous les lieux d’activités de nos jeunes. Elles disposeraient des ressources nécessaires pour devenir la première ligne d’action au soutien de nos jeunes et d’une culture de la solidarité, de la paix et de non-violence.

Travailler pour un avenir sécuritaire et pacifique, n’est-ce pas investir surtout  dans ces organisations qui intègrent les jeunes à une culture de la paix au lieu de celles qui les préparent à la guerre ?