Déclaration CMPaix

Écrit par Pascale et Daniel

Nous publions cette déclaration des organismes québécois pour la paix, qui a été l’objet de plusieurs négociations et tractations.  La déclaration a été adoptée par les organismes participants au réseau CMPaix.

Cette déclaration illustre bien la perspective des organismes militant pour la paix dans la grande région de Montréal.  La déclaration ne se limite pas qu’à une perspective anti-guerre comme c’est souvent le cas.

DOCUMENT DE TRAVAIL version du 3 décembre 2009 

DÉCLARATION CitoyenNEs pour un Ministère de la Paix (CMPaix)  

1  NOTRE VISION 

Une société qui à tous les niveaux aura pour priorités la prévention de la violence et la promotion d’une culture de paix.

 2  NOTRE MISSION Oeuvrer à la construction d’un mouvement citoyen pour la non-violence et la paix et d’institutions pour la paix (tant citoyennes que municipales, provinciales, fédérales et internationales), dont un Ministère de la Paix. 

3  NOS CONVICTIONS 

3.1  La paix et la non-violence sont parmi les valeurs centrales de notre société.

3.2  Notre société, par ses traditions et ses institutions, ses caractéristiques et ses valeurs, devrait jouer un rôle de premier plan dans la création d’un monde de paix.

3.3  La violence n’est pas une solution; seule la voie de la paix peut véritablement mener à un développement harmonieux et démocratique d’une société et au bien-être personnel et social de ses membres.

3.4  Les efforts doivent prioritairement être investis dans des moyens non-violents, constructifs et efficaces de prévention des violences. Ces moyens doivent être développés et appliqués grâce à des ressources appropriées.

3.5  Lors de conflits, l’utilisation de la force armée ne devrait être envisagée qu’en tout dernier recours en misant essentiellement sur l’action des Casques Bleus sous l’égide de l’ONU.

4  NOS MOYENS

 4.1  Reconnaître l’action constructive pour la paix de nombreux organismes citoyens et regrouper les organismes de prévention de la violence. 4.2  Inspirer une vision commune de l’action pour la paix. 4.3  Encourager le développement des mécanismes d’intervention citoyenne en prévention des conflits violents.4.4  Promouvoir le soutien actif de ces initiatives à tous les paliers de gouvernement.

4.5  Inciter les instances publiques à soutenir l’action citoyenne et solliciter les appuis privés à cette action.

5  NOS RECOMMANDATIONS 

Compte-tenu de ce contexte et afin de prévenir l’émergence de crises violentes, nos paliers de gouvernement doivent travailler à créer des ministères, des départements, des commissions et des comités de paix qui auront pour fonctions :

5.1  de rétablir l’image de notre pays comme bâtisseur de paix à l’échelle nationale et internationale;

5.2  d’appliquer des moyens efficaces de prévention des conflits, par le soutien à l’action non-violente citoyenne, la mise en place de mécanismes de dialogue constructif, l’utilisation d’observateurs internationaux et le travail de diplomatie préventive;

5.3  de planifier et d’instaurer des mécanismes de détection avancée des premiers symptômes d’émergence de conflits violents tels que les dénis de justice, la violation des droits de la personne et les entorses à la démocratie, ainsi que des mécanismes de réponse rapide, et au besoin de décréter l’application de sanctions non-violentes;

5.4  de participer activement aux efforts nécessaires d’enregistrement, de suivi et de contrôle des armes ayant pour but de faire cesser la prolifération des armes de tous genres et de réduire les arsenaux d’armes conventionnelles;

5.5  de contribuer aux efforts  de sensibilisation et de mobilisation face à la nécessité d’abolir les armes de destruction massive nucléaires, chimiques, bactériologiques et biologiques;

5.6  d’établir les mécanismes non-violents d’intervention citoyenne en favorisant la formation et le développement d’une capacité d’action civile et professionnelle, incluant la création d’un Service civil de la paix volontaire, aux mêmes conditions que le service militaire. Ce service civil permettrait de déployer des forces de paix efficaces et compétentes en médiation, en dialogue constructif et en gestion des crises ;

5.7  de former le personnel militaire, policier et civil chargé de la gestion des processus de démobilisation/désarmement suite aux conflits et de développer les compétences nécessaires à la reconstruction post-conflits, entre autres par la réconciliation et la justice réparatrice;

5.8  de mettre en place à tous les niveaux de nos systèmes d’éducation des programmes de formation à la gestion saine des conflits et à la paix, allant des compétences élémentaires pour les jeunes enfants aux programmes beaucoup plus sophistiqués adaptés aux besoins des niveaux collégiaux et universitaires;

5.9  de susciter et de soutenir les travaux de recherche visant à mieux comprendre et à améliorer les méthodes de prévention des conflits, d’intervention non-violente et de maintien de la paix;

5.10  de susciter et d’organiser des conférences et des colloques qui feraient de notre société un centre d’excellence en matière de promotion de l’action citoyenne non-violente et de construction d’une paix globale;

5.11  d’assumer un rôle de leader dans la transition d’une économie de guerre vers une véritable économie de paix fondée sur la prévention des conflits violents.

Jeudi 3 décembre 2009

Document de travail