Construire un mouvement jeunesse pour la paix

Construire la paix, c’est avant tout mettre en place des structures sociales capables de prévenir le recours à la violence. Plusieurs organisations travaillent au développement de valeurs de paix chez les jeunes, bien que cet angle de leur travail soit rarement mis en valeur.

Différentes organismes jeunesses ont répondu à l’appel du Centre pour présenter leur vision de la construction d’un mouvement jeunesse pour la paix lors d’une conférence soulignant la journée internationale de la non-violence. Nous partageons ici leurs réflexions.

LE SERVICE VOLONTAIRE NATIONAL : UN INSTRUMENT DE PAIX POUR LES JEUNES CANADIENS  (cliquez sur le titre pour voir le vidéo)

L’importance de la mobilisation des jeunes pour l’apprentissage de l’engagement citoyen. Les jeunes, souvent pointé du doigt dans les problématiques de violence, peuvent devenir la voie de la solution.

Katimavik est un organisme de mieux en mieux connu au Canada. Ses valeurs et son approche de service volontaire aux communautés est apprécié et jugé comme important dans le développement des valeurs d’engagement communautaire des jeunes.

Le vécu en communauté des jeunes participants est un véritable exercice d’apprentissage concret des valeurs de paix, malgré les milieux d’origine et les cultures différentes de ces jeunes volontaires.

La présentation souligne la nécessité de créer une politique national de service jeunesse, permettant un accès universel au service civile pour tous les jeunes désirant s’engager à servir la société.

Par Victoria Salvador, Directrice des communications chez KatimavikVictoria Salvador oeuvre dans le domaine des communications et du marketing depuis plus de 15 ans. À titre de directrice pour Katimavik, elle est responsable du développement et de l’exécution des stratégies de marketing et de communications pour l’organisme.

LE MOUVEMENT DES ÉTABLISSEMENTS VERTS BRUNDTLAND: UNE CONTRIBUTION AU MOUVEMENT JEUNESSE POUR LA PAIX (cliquez sur le titre pour voir le vidéo)

Les Établissements Verts Brundtland travaillent depuis vingt ans au développement de valeurs de paix auprès des jeunes des écoles du Québec. Plus de 1000 écoles québécoises sont présentement membres du réseau dont le but est d’outiller les jeunes pour devenir des citoyens responsables. Tant que nous n’assurons pas aux autres la possibilté de répondre à leurs besoins fondamentaux, la sécurité la plus élémentaire, il est impossible de parler de paix.

Les valeurs de paix commencent à l’école, avec des jeunes qui proviennent des quatre coins du monde.  Des jeunes qui souvent, ayant vécu la guerre, et choisi une société de paix, son en profond questionnement sur la violence. Dans les écoles un important travail d’éducation aux compétences de paix est en cours et progresse sur l’étendue du territoire québécois. Nous devons garder à l’esprit que la pauvreté est la mère de l’insécurité, des conflits et des guerres.

Par Jean Robitaille,

Consultant aux Établissements verts Bruntland, la Centrale des syndicats du Québec

Jean Robitaille est l’un des pionniers de l’éducation relative à l’environnement au Québec. Depuis plus de vingt ans, il a signé de nombreux guides et trousses éducatives en éducation à la viabilité. Il est conseiller en éducation à la viabilité au mouvement des Établissements verts Brundtland (EVB-CSQ), mouvement dont il est l’un des co-fondateurs.

MOUVEMENT JEUNESSE POUR L’ACTION CITOYENNE : UNE NÉCESSITÉ (cliquez sur le titre pour voir le vidéo)

La Paix relève d’un sentiment de sécurité, qui lui-même repose sur la perception des gens face à aux risques pouvant perturber leur quotidien. La sécurité civile tire ses origines, de la protection civile, et au paravent de la défense civile, issus de la seconde Convention de Genève sur la protection des populations civiles face aux menaces. La sécurité civile repose sur une capacité d’intervention basée sur l’action bénévole, et les jeunes sont à la base de cette capacité d’intervention surtout en région éloignée.

Le gouvernement du Québec a décidé de lancer, dès cette année, un programme intégré de mobilisation jeunesse au sens civique, un programme d’action citoyenne, un programme de formation aux compétences civique qui s’adressera à tous les jeunes des régions du Québec. On parle d’un programme jeunesse de mobilisation à la sécurité civile. Le gouvernement voit cette nouvelle initiative comme une oeuvre intégrée de prévention d’incendies, d’accidents, des accidents de travail, de la violence, du décrochage, de l’obésité, de la criminalité, du suicide et au niveau de la protection de l’environnement. Outiller les jeunes pour devenir une présence rassurante et compétente, pour assurer la paisibilité de la population et prévenir les situations de crises dans toutes les régions du Québec.  

Par Michel C. Doré, sous-ministre associé, Direction de la sécurité civile du Québec

LE MOUVEMENT SCOUT : PIERRE D’ASSISE POUR UN MOUVEMENT JEUNESSE DE
PAIX
  (cliquez sur le titre pour voir le vidéo)

Cette présentation dépeint le mouvement scout comme la base sur laquelle devrait se construire un mouvement jeunesse pour la paix au Québec. Monsieur Simard se base sur son expérience comme scout, animateur scout, et chercheur sur les questions de paix dans ce mouvement, pour souligner l’omniprésence dans ce mouvement jeunesse des valeurs relatives à une culture universelle de paix.

Nous parlons d’un vaste mouvement internationale jeunesse dont les valeurs sont très bien implantées, et dont la réputation n’est plus à faire au niveau de l’interculturalisme, et de la promotion valeurs d’harmonie et de respect. On présente le mouvement scout en déconstruisant les perceptions négatives, et en soulignant les valeurs et réalisations de base de l’organisme dans la promotion de l’engagement des jeunes envers les autres.

L’organisme mise sur l’apprentissage informel des droits de chacun, et met une emphase particulière sur le sens du devoir, et du service à l’autre.  Au coeur de ce mouvement il y a des valeurs de paix constructive, valeurs qui devraient être la base de la construction de la paix en milieu jeunesse.

Par Dominic Simard, (maîtrise en anthropologie à l’Université Laval), Association des scouts du Canada Tourné entièrement vers la poursuite d’un idéal social ancré dans une citoyenneté active, Dominic Simard a trouvé sa passion à travers l’engagement communautaire et le contact interculturel.