Une approche de la paix spécifique à l’Europe ?

Article tiré du site web http://www.irenees.net/

L’étude du travail réalisé par certaines organisations de pays européens pour la construction de la paix nous permet de mettre en avant une approche commune de la paix. Mais cette approche est-elle spécifique ?

Après avoir observé quelques acteurs de paix indépendants dans une multiplicité de pays européens, nous pouvons établir une répartition des actions autour de trois critères : l’action politique, la culture et l’aide humanitaire. Dans l’étude de ces trois thèmes, nous voyons apparaître la communauté des idées et des outils de paix.

La paix est une vaste notion, qui n’a pas les mêmes implications suivant les modes d’approches. Pourtant, si nous avons réparti les outils et les valeurs mobilisés par la notion en trois approches, on ne peut pas dire que la paix a trois significations différentes. Ainsi, la correspondance existe entre les modes d’approches, et c’est bien autour de cette notion globale et commune de paix que s’engagent les acteurs étudiés.

L’approche politique des actions de paix témoigne de la paix sur le plan inter ou intra-étatique. Les aspects de la paix mis en lumière sont surtout l’absence de conflit ou de violence, d’une part, mais aussi la démocratie et le respect des droits de l’homme. Un esprit commun de paix commence à se dessiner plus clairement dans l’analyse des actions culturelles de paix. Cet esprit était déjà présent dans l’action politique. La paix positive, durable et généralisable déterminée dans l’étude de l’action politique s’étend désormais à la culture, où du savoir à la religion, le partage est un constituant essentiel de la paix. Du partage comme outil comme par exemple le partage de savoirs, au partage comme valeur, comme par exemple l’interculturalité, une culture de paix commune aux acteurs étudiés devient plus facile à déterminer. Enfin, l’action humanitaire met en valeur les éléments essentiels de paix que sont la solidarité, l’utilité et l’urgence.

Les outils et les valeurs que nous avons déterminés ont permis de mettre en avant un certain esprit de paix, témoignant d’une approche commune de paix parmi les acteurs étudiés. A ce sujet, nous avons parlé d’une certains culture de paix. Cette notion fait référence à l’aspect culturel de l’action de paix que nous avons étudié, mais aussi à un important programme transversal de l’Unesco (1). Parallèlement au programme de l’Unesco, nous pouvons désormais parler d’une Culture de paix, qui dépasse la simple approche culturelle, vers un esprit généralisable de paix. L’intérêt particulier de ce programme est sa transversalité, qui correspond clairement à la paix globale mise en avant par les acteurs étudiés. La Culture de paix de l’Unesco se répartie en huit aires d’action (2), où se croisent les différents éléments que nous avons pu aborder :

  • « Renforcer une culture de paix par l’éducation, en encourageant l’éducation pour tous, notamment pour les filles ; en révisant les programmes d’enseignement afin de promouvoir les valeurs, les attitudes, les comportements inhérents à une culture de paix ; en formant à la prévention et au règlement des conflits, au dialogue, à la recherche du consensus et à la non-violence active… » : Nous retrouvons ici l’appréhension de l’éducation comme à la fois valeur de paix en elle-même, inhérente à la Culture de paix elle-même, et à la fois comme outil de diffusion, de transmission des éléments de paix, pour la construire.

  • « Promouvoir un développement économique et social durable : en ayant pour objectif l’éradication de la pauvreté ; en s’attachant aux besoins particuliers des enfants et des femmes ; en travaillant à la durabilité environnementale ; en instaurant une coopération internationale, destinée à réduire les inégalités économiques et sociales… » Nous retrouvons les thèmes économiques, sanitaires, sociales, et environnementaux dans ce que nous avons qualifié d’ « humanitaire ». Le critère de classification de ces aspects comme « développemental » est peut être plus général que « l’aide humanitaire ». Cependant, nous avons choisi, par le critère humanitaire de mettre davantage en avant les aspects solidaires, utiles et urgent. En effet, s’il contient ces aspect dans ses actions et mise en pratique, reste trop théorique. La notion d’« humanitaire » semble cadrer davantage la construction de paix que la notion de « développement », et cette dernière présente une certaine limite éthique. Parler de développement évoque une certaine échelle, en fonction de critères. Comment établir ces critères ? Qui établi ces critères? Ces critères sont-ils indispensables à la paix ? Il est entendu que la pauvreté, la malnutrition, l’insalubrité sont des grandes sources de détresse, et mettent en danger la paix, quelle soit individuelle, personnelle, comme une harmonie pour soi, ou encore collective, entre les hommes. Mais certains débordements de la notion développementale sont possibles. La possession de certaines richesses est-elle indispensable à la paix ? Permet-elle de classer sur une échelle des « plus développés » et des « moins développés » ? La comparaison en terme de développement pose un réel problème éthique : les critères de développement doivent être questionnés continuellement. Face à cette limite, « l’humanitaire » reste au plus près de l’action, sans faire intervenir de critères de classification entre un « plus », un « moins ».

  • « Promouvoir le respect de tous les droits de l’homme en diffusant la déclaration universelle des droits de l’homme à tous les niveaux et en mettant pleinement en œuvre les instruments internationaux relatifs au droits de l’homme… » : la culture de paix prend ici clairement en compte l’aspect juridique et politique que nous avons étudié.

  • « Assurer l’égalité entre hommes et femmes en intégrant une perspective « sexospécifique » et en encourageant l’égalité dans la prise de décisions économiques, sociales et politiques ; en éliminant toutes les formes de discrimination et de violence à l’égard des femmes ; en fournissant un appui et une aide aux femmes dans des situations de crise liées à la guerre et à d’autres formes de violence… » : la thématique du genre dans la construction de la paix a été peu abordée, malgré son importance dans le contexte actuel. Peu d’acteurs s’engagent spécifiquement sur ce thème, mais on peu dire que l’égalité des genres s’intègre à la majorité des actions de paix, comme par exemple les actions en faveur des droits de l’homme, ou de la démocratie. La perspective « sexospécifique », c’est-à-dire la spécificité donnée au genre est un thème beaucoup plus spécialisé et très peu rencontré. Cependant, les acteurs dont l’engagement est déclaré pour l’égalité des genres intègrent à la construction de la paix une perspective sexospécifique : KEGME, le Centre Glencree et le Conseil de Femmes construisant la paix mettent en avant le rôle spécifique que peuvent jouer les femmes dans la construction de la paix. La problématique du genre dans la construction de la paix intègre une double perspective : celle de la paix par l’égalité entre hommes et femmes, d’une part, et celle de la paix par le rôle spécifique de chacun des genres, d’autre part.

  • « Favoriser la participation démocratique en formant des citoyens responsables ; en renforçant des actions destinées à favoriser les principes et les pratiques démocratiques ; en créant et en développant les institutions et les processus nationaux qui favorisent et soutiennent la démocratie… » : l’aspect démocratique est valorisé par la plupart des acteurs de paix, comme nous l’avons étudié.

  • « Promouvoir la compréhension, la tolérance et la solidarité en favorisant un dialogue entre les civilisations ; des actions en faveur des groupes vulnérables, des migrants, des réfugiés et des personnes déplacées, des populations autochtones et des groupes traditionnels ; le respect de la différence et de la diversité culturelle » : les valeurs mises en avant ici sont celles qui ont étés étudiées principalement au travers du thème de l’interculturalité, mais elles sont transversales et recoupent de nombreux thèmes.

  • « Soutenir la communication participative et la libre circulation de l’information et de la connaissance par des actions telles que le soutien aux médias indépendants dans le cadre de la promotion d’une culture de paix ; l’utilisation pertinente des médias et de la communication de masse ; des mesures destinées à résoudre la question de la violence dans les médias ; le partage des connaissances et de l’information au moyen des nouvelles technologies ». Ici se croisent les valeurs de partage et de transmission du savoir présentées par les acteurs de paix étudiés. L’action de paix par les médias ne s’est rencontré spécifiquement que à travers l’action de l’Institut Peace 2000 en Islande.

  • « Promouvoir la paix et la sécurité internationales par des actions telles que la promotion d’un désarmement général et complet ; une meilleur participation des femmes à la prévention et au règlement des conflits et à la promotion d’une culture de paix dans des situations de post-conflit ; des initiatives dans des situations de conflit ; la promotion de mesures de confiance et d’efforts pour la négociation de règlements pacifiques des différends… » : l’aspect de la Culture de paix présenté ici celui que nous avons étudié en tant que politique.

Nous observons donc la correspondance entre ces huit points de la culture de paix posés par l’Unesco avec les valeurs et les outils mis en œuvre par les acteurs européens de paix étudiés. La culture de paix, telle que posée par l’Unesco, et telle que nous l’avons déterminée, comme idée ou esprit d’une paix positive, globale et durable, recouvre tous les thèmes que nous avons abordés dans une unité.

Cette unité est-elle spécifique à l’Europe ? Une certaine idée de la paix est spécifique à l’Union Européenne. Les liens autours de l’unité de l’idée de paix sont politiques, entre Etats. Nous avons étudiés des acteurs de paix provenant d’une diversité de pays à l’intérieur des frontières de l’Europe « géographique », et s’ils ne sont pas liés politiquement, leur action est liée par un esprit de paix, où la paix est une valeur positive, globale et durable. Nous affirmons donc qu’il existe bien un esprit commun de paix. Cependant, comment déterminer s’il est proprement européen ?

Comme en atteste la correspondance entre les acteurs étudiés et l’UNESCO, dans les idées comme sur le plan pratique, dans le partenariat et la coopération par exemple, l’esprit de paix que nous avons déterminé se veut universel. Les actions de paix sont dirigées vers les conflits du monde entier et la culture de paix prétend à l’universalisation.

Le présupposé universel posé par les acteurs européens de paix est centralisé par l’UNESCO. L’UNESCO est une organisation des Nations Unies, elle est donc internationale. En tant qu’organe de l’ONU, elle entend centraliser et coordonner les action indépendantes du monde entier, en se posant comme un outil normatif. En ce sens, et dans sa correspondance avec l’esprit de paix déterminé, nous pourrions dire que la notion de paix et sa construction telle que nous l’avons établie n’est pas européenne, mais bien universelle.

Nous pourrions cependant interroger la valeur universelle de l’ONU et de l’Unesco. Parmi les critiques faites aux institutions, la principale est celle de leur prétention à l’universel, alors qu’elles sont proprement occidentales. Ainsi, la norme posée serait celle de l’Occident. En considérant cet aspect, nous pourrions supposer que l’esprit de paix présenté, et qui prétend à son universalisation est clairement européen, ou tout du moins occidental. La culture de paix ne se présente pas comme spécifiquement européenne, et au contraire, se pose comme universelle, mais cela ne suffit pas à démontrer son universalité.

Considérer l’approche de la paix telle qu’elle nous a été présentée comme une approche universelle présente le risque d’oublier les spécificités que pourraient présenter les autres approches, et d’universaliser une vision spécifique, en imposant des normes. Le risque de la méconnaissance, voire de la non-reconnaissance de la spécificité des actions non-européennes est celui d’un clivage entre « civilisations », ce qui serait clairement contradictoire au projet de paix. Ainsi, présenter les actions de paix comme universelles alors qu’elles seraient spécifiquement européennes mettrait en jeu la coordination des actions mondiales de paix, et par là, la paix mondiale elle-même.

Considérer l’approche de la paix que nous avions étudiée comme spécifiquement européenne appelle à cliver les notions de paix, ainsi que leurs outils de construction. L’implication de ce clivage est de taille. Comment parvenir à une paix mondiale, si chacun a une approche très différente et non-compatible de la paix ? Comment coordonner une action mondiale ?

Quoi qu’il en soit, ces deux positions nous invitent désormais à étudier les différentes actions de paix à travers le monde, et à les comparer, pour déterminer au mieux possible la richesse des spécificités de chacun, et le point de rencontre de chacune de ces spécificités, autour d’un projet de paix mondiale. La coordination des actions de paix pour un projet commun ne saurait se faire sans la reconnaissance et la considération des points communs et des différences de chaque engagement pour la paix.

Notes